CANAL CARPIEN

rédaction Dr MP Mirous, Avril 2020



DE QUOI S'AGIT-IL?


Il s'agit d'une compression du nerf Médian au niveau du tunnel carpien au poignet.

Dans ce tunnel se trouvent les tendons fléchisseurs et le nerf médian, le nerf médian peut être comprimé soit par étroitesse du tunnel (contenant) soit par une inflammation des fléchisseurs (contenu).

canal carpien-vue transversale
canal carpien-vue transversale

90% des canaux carpiens sont sans cause, 10% peuvent être en lien avec des maladies endocriniennes (thyroide, diabète, grossesse, hémochromatoses) ou inflammatoire (rhumatismes : polyarthrite rhumatoide, lupus..) ou par traumatisme répété ( cause professionnelle : marteau piqueur, plongeur...).

Les symptômes sont classiquement des acroparesthésies (fourmillements) nocturnes insomniantes affectant le pouce, index, majeur, hémipulpe radiale de l'annulaire (sur le schéma en orange); une perte de force (amyotrophie loge thénarienne), une perte de la sensibilité des doigts cités avant.


AVANT LE TRAITEMENT: Quels examens?


Un électromyogramme (EMG), examen de certitude, est à faire par un neurologue ou un rhumatologue ayant cette compétence.

Si vous avez également des douleurs au rachis cervical et une gêne affectant tout le membre supérieur, il faudra rechercher une atteinte combinée « crush syndrome » rachis cervical et canal carpien par une IRM du rachis cervical.


LE TRAITEMENT


Traitement médical : Infiltration 

Il s'agit d'une infiltration intracanalaire de Diprostène (corticoïdes). C'est l'indication de choix pour les formes débutantes sans signe de dénervation à l'EMG.

Il est inutile de les multiplier, il faut que cela soulage et de manière durable dès la première.

L'infiltration est à éviter en cas de diabète (déstabilisation), d'allergie, de problèmes rénaux


Traitement chirurgical 

Il s'agit d'une libération du canal carpien par section du ligament annulaire antérieur du carpe (LAAC), plafond du canal carpien.

Cette intervention se déroule en ambulatoire sous anesthésie locorégionale. Elle dure moins de 10 minutes quelque soit la technique.

Il existe 2 techniques : voie endoscopique (forme débutante ou modérée, femme, peu de dénervation à l'EMG et pas d'antécédent de traumatisme du poignet), voie conventionnelle en mini-open (forme sévère et /ou dénervation).

Voie endoscopique (colonne arthroscopique) 


instrumentation voie endoscopique
instrumentation voie endoscopique
canal carpien non ouvert
canal carpien non ouvert
canal carpien ouvert
canal carpien ouvert

`

Voie conventionnelle en mini-open (1cm)


ET APRES?


Il n'y a pas d'immobilisation post-opératoire ni de kiné mais des exercices d'autorééducation (mobilisation des doigts, utilisation de la main pour les actes de la vie quotidienne, bains écossais dès ablation des points).
Les actes de la vie quotidienne sont possibles. Il faut éviter les travaux de force le 1er mois

En général un arrêt de travail de 1 mois est nécessaire.

La récupération se fait en deux temps:

un 1er effet immédiat : gêne nocturne et diminution des réveils nocturnes dès la libération, disparition des fourmillements.

un 2ème effet plus tardif : récupération de la force de la main et de la sensibilité fine sur 6 à 9 mois, du fait de la repousse nerveuse qui se fait physiologiquement à raison de 1 mm par jour.

Attention :

La chirurgie du canal carpien stoppe au moment  de l'intervention la compression et le traumatisme nerveux mais il y se poursuit une phase de récupération (effet tardif) dont la durée sera aléatoire et dépendante du terrain.

La réparation et repousse nerveuse peut être incomplète à cause de l'ancienneté de la lésion, à cause de l'âge, une atteinte très avancée (canal carpien très ancien), des maladies associées (diabète : neuropathie intrinseque à la maladie) et le tabac.

Selon le degré et la durée de la compression, on décrit des lésions neuropraxiques (démyélinisation focale) ou par axonotmésis (dégénérescence axonale). C'est la perte axonale qui est le facteur pronostic essentiel. La récupération est généralement rapide et complète en cas de neuropraxie, en revanche, la lésion par axonotmésis est plus sévère et la récupération est longue (repousse nerveuse) et parfois incomplète.


COMPLICATIONS


Elles sont rares et communes à la plupart des chirurgies. 

On retiendra l'hématome, oedème, syndrome algoneurodystrophique, infection, thrombophlébite du membre supérieur et la récupération incomplète.


EN RÉSUMÉ


Il s'agit d'une intervention rapide amenant des bons résultats (disparition des fourmillements) sans risque majeur de complication. La récupération sensitive et motrice est d'autant plus longue que le syndrome de compression est ancien et évolué.

L'arrêt du tabac est essentiel à la repousse nerveuse.