MAÎTRISEZ VOS RISQUES


Vous allez être opéré(e). Chaque intervention comporte un certain de nombre de risques. 

Les plus fréquents et les plus graves sont souvent des risques aspécifiques à la chirurgie pratiquée: hématome, infections nosocomiales, phlébite, raideur articulaire. 

Ces risques ont une survenue variable en fonction du type de chirurgie, du parcours patient et du PATIENT lui même. 

Vous ne pouvez pas agir sur  le type de chirurgie car l'indication est posée avec votre accord par le chirurgien. Le parcours patient peut être discuté avec votre chirurgien pour choisir celui qui permet de diminuer au maximum les risques. 

Votre hygiène de vie et le respect des consignes au décours de l'intervention peuvent  diminuer le risque de survenue de complications post opératoires.


LE PARCOURS PATIENT

Il est très important. Il s'agit d'une organisation mise en place conjointement avec la clinique pour vous permettre d'optimiser vos risques post opératoires. 

Il a en effet été démontré que les parcours permettent une reprise de fonction plus précoce, diminue le risque de raideur articulaire et surtout la survenue d'infections nosocomiales. C'est pourquoi il a été développé des parcours RAAC et AMBULATOIRE (plus d'informations en cliquant sur les liens).

Pour diminuer le risque de survenue de complications post-opératoires, la maîtrise de vos co morbidités, de vos traitements et de certaines habitudes de vie est primordiale.

LE TABAC

Il s'agit d'un facteur de risque majeur de complication en chirurgie. 

Dès la première cigarette,  l'oxygénation du sang diminue,  et ainsi les capacités de cicatrisation et de consolidation osseuse. 

Il augmente les risques d'infection nosocomiale par 2, de désunion de cicatrice, de défaut de consolidation osseuse et de phlébite. Ainsi le tabac peut être responsable d'un mauvais résultat de votre chirurgie.

Il est impératif de diminuer voire d'arrêter de fumer avant votre intervention. Pour cela des aides sont possibles. Parlez en à votre médecin traitant ou à un tabacologue.

LE DIABÈTE

Un diabète déséquilibré entraîne des troubles de la cicatrisation et des risques d'infection. Certains médecins disent que l'insuline est l'hormone de la cicatrisation. 

Or une cicatrice qui évolue mal peut se désunir et favoriser une infection nosocomiale.

Il est impératif d'équilibrer votre diabète de manière rigoureuse au décours d'un acte chirurgical. Ainsi surveiller votre hémoglobine glyquée qui doit être inférieur à 7%. Renforcer les règles hygiéno diététiques : activité physique 30 à 60 minutes par jour, diminuer les sucres et les lipides et favoriser une alimentation équilibrée.

Rapprocher vous de votre médecin traitant éventuellement pour qu'il adapte au mieux votre traitement.

LE POIDS

L'obésité (IMC >30) et le surpoids (IMC >25) sont des facteurs de risques de toutes les complications possibles: infections nosocomiales, hématome, phlébite, défaut de consolidation osseuse, douleurs et raideurs articulaires...

L' IMC est l'indice de mesure du surpoids et de l'obésité. On le calcule en divisant le poids en Kg par la taille au carré en mètre (IMC= P/T²). Si il est supérieur à 25, il faut perdre du poids. Chaque kilogramme perdu peut jouer un rôle bénéfique.

Votre intervention peut être l'occasion de débuter une prise en charge par un diététicien.

Certaines chirurgies pourraient , le cas échéant,  ne pas être réalisées si votre IMC est supérieure à 35 car les risques encourus seraient supérieurs aux bénéfices escomptés.

L' ALCOOL

Une consommation excessive d'alcool, soit supérieure à quarante unités par semaine, augmente considérablement le risque de complications postopératoires telles que les saignements massifs et les infections. 

La consommation régulière d'alcool a un impact négatif sur la réponse immunitaire. Un sevrage quatre semaines avant la chirurgie diminue de façon significative la morbidité postopératoire chez des patients alcooliques.

LES ANTICOAGULANTS

Ils sont facteurs de risque d'hématome et donc d'infections nosocomiales à dose curative. Une gestion scrupuleuse est impérative. Des consignes vous seront données lors de la consultation d'anesthésie. Elles sont à respecter impérativement.